Qui sauvera l'Economie Gabonaise?  


Qui sauvera l'Economie Gabonaise?

Beaucoup d'entreprises gabonaises mettent les clés sous le paillasson ou sont en sessions de payements. Les personnes suivantes sont considérées comme les hommes de la situation.

Jean-Félix Mamalepot, le federaliste, né le 28 décembre 1940, ce Kota originaire du Haut-Ogooué a fait ses études supérieures en France. Il est diplômé du Centre d’études financières, économiques et bancaires (Cefeb) et de l’École supérieure des sciences commerciales appliquées de Paris. À partir de 1968, il fait ses premières armes à la Banque centrale des États de l’Afrique équatoriale et du Cameroun (BCEAEC) à Paris, puis au Cameroun et au Tchad. De retour à Libreville en 1970, il devient directeur général adjoint, puis DG de la BGD, fonction qu’il occupe jusqu’en 1990. Jean Félix Mamalepot, coopté le 21 juin 2007 dernier au poste de Haut-Commissaire à la présidence de la République, chargé de la mise en place de la zone franche de l'île de Mandji.

M. Mamalepot a été gouverneur de la BEAC pendant 17 ans. Il avait été relevé de ses fonctions lors de la huitième session de la Conférence des chefs d'Etat de la Communauté économique et monétaire des Etats de l'Afrique centrale (BEAC). Des divergences avec certains chefs d'Etats avaient précipité son éviction de cette institution.

Nze-Békalé , considéré comme l'un des plus grands économistes gabonais. Titulaire d’une licence en droit et en sciences politiques, il est également diplômé de l’École nationale des impôts de Clermont-Ferrand, en France. En 1972, il devient directeur général adjoint des Contributions directes et indirectes. Il commence sa carrière politique comme secrétaire d’État, puis ministre en charge des Petites et Moyennes Entreprises (PME), avant d’hériter du portefeuille de l’Industrie et de l’Artisanat, de 1984 à 1990. Directeur général pendant dix ans, il se voit successivement confier la gestion de l’Octra, de la CNSS et des Ciments du Gabon, avant de devenir président d’Air Gabon en juillet 2000. Il a échoué lamentablement dans les redressements des compagnies en voies de privatisation, tels que CFG, Air-Gabon.


Jerome Ngwa Békalé, le grand cerveau , il a les qualités d'un grand gestionnaire. Ancien ministre des Transports et de la Santé, le président-fondateur du Mouvement politique Soleil, lors de son passage à air Gabon il avait réussi à mettre un plan de sauvetage pour cette compagnie, mais malheureusement la volonté politique n'a pas suivi.

Marc Ondo Nsaa, L'académiste, professeur de formation n'a pas convaincu lors de son passage au ministère de l'enseignement supérieur.

Paul Tongui, le smurfeur. Mathématicien de formation, il a suivi une prépa math sup. avant d’obtenir un DEA de mathématiques à Clermont-Ferrand, en France. De retour à Libreville, il enseigne à l’université avant d’être nommé en 1983 directeur de l’Institut de l’économie et des finances. L'homme égale à lui même, malgré sa durée en charge de l'économie. Les Gabonais ne trouvent pas encore le bout du tunnel de la pauvreté.

Mgaganga MA moussavou, feu follet de la politique gabonaise, Il a fait des études d’administration économique et sociale et, en 1980, obtient un doctorat en relations économiques et financières internationales à l’université de Paris-I. En 1982, il devient conseiller au Fonds monétaire international, à Washington. si il a été bon à la planification cependant il n'a pas convaincu durant son passage à l'agriculture. Les produits camerounais inondent le marché.


Chambrier , professeur d'économie, brillant économiste, il a déçu durant son passage à la privatisation , ensuite il n'a pas assez d'autorité pour contrecarrer les caciques du système.

Paul Ndoumba , Homme de caractère , né le 29 octobre 1944 à Libreville, Doumba est diplômé de l’École supérieure de commerce et d’administration des entreprises (Escae) de Pau, le fameux ministre des audits cependant il semble aujourd'hui être rattrapé par le système.Les qualités de gestionnaire de cet ex-président de la Confédération patronale gabonaise et du Club des dirigeants de banques d’Afrique francophone sont reconnues par tous. En 1999, il est appelé au gouvernement comme ministre de l’Économie et des Finances. C’est l’époque où l’État frôle la cessation de paiements. Lui doit regagner la confiance des bailleurs de fonds. Mais la rigueur budgétaire imposée au gouvernement va lui valoir de sérieuses inimitiés.

Blaise Louembé , le player, nspecteur central du Trésor formé à Paris après avoir obtenu un Diplôme d’Etudes approfondies (DEA) en Monnaies, Finances et Banques à l’Université des Sciences sociales de Grenoble, dispose de nombreux atouts au moment où il entre au gouvernement. Son parcours à la Fonction publique est exemplaire puisqu’en août 1988, il fut Chef de Service des Douanes à la Direction de la Recette (Trésorerie Générale). En août 1990, il est nommé Directeur adjoint de la recette et 2 ans plus tard, il accède à la Direction de la Dépense en qualité de Directeur. En octobre 1993, il est coopté Inspecteur général à l’Inspection générale des missions diplomatiques et consulaires au ministère des Affaires étrangères.Il est l'organisateur des grands évènement à Libreville aux frais de l'argent des contribuables.

Henri Claude OYIMA, le jongleur, né le 4 décembre 1956 à Franceville, Oyima a bénéficié d’une formation résolument anglo-saxonne : Bachelor of Science in Administration et Master of Art in Development Banking, obtenus à l’université de Washington D.C. Il entre dans la vie active en 1982, au sein du staff new-yorkais de la Citibank. Un an plus tard, il rejoint la direction de la Citibank de Libreville, tout en complétant sa formation en Europe. à la tête d'une institution gabonaise importante; il n'arrive pas à protéger les intérêts des entreprises gabonaises.

Casmir Oye Mba, le doyen, brillant manager , l'un des ministre de Bongo le plus véridique, il a l'expérience des affaires. Malgré ses successives mandats comme premier ministre l'économie gabonais bat toujours de l'envol.

Il faut un homme qui prenne la mesure du problème , fasse preuve de pragmatisme et surtout de courage et ténacité. Un homme qui sache dire non aux pratiques du système mise en place par monsieur Bongo.Mais tous ses hommes n'ont pas dit leurs derniers mots ou joué leurs dernières cartes alors votez pour l'homme de la situation.



AddThis Social Bookmark Button

1 comments

Post a Comment