Critique de projet de société d' Omar Bongo Odimba  

Nous critiquerons en profondeur le projet de société défendu du candidat de la majorité présidentielle, basée sur les sources d'Infoplus du 12 novembre 2005- et sur la lettre du Chant du départ dans son propre website.

Le projet de société de Monsieur Bongo donne les objectifs à atteindre, sans pourtant parler de méthodes et stratégies, sans pourtant avancer des chiffres , comme par exemple le nombre d'emploi qu'il entend créer durant son septennat.

Les quatre piliers du projet d'Omar Bongo Odimba dans Infosplus sont:
la reconstruction de l’économie nationale ; la restauration de la dignité citoyenne par la lutte contre la pauvreté et la promotion du bien-être social; le renforcement de l’Etat de droit par la modernisation de nos institutions et le moralisation de l’Etat et de la société.

De plus, son programme Chant pour un départ fait ressortir les principaux réalisations en 40 ans sont seulement: l’usine de pêche, le transgabonais , usines pharmacopées ,les fêtes tournantes, l'usine de poisson, l'unité de fabrication de medicaments, la Diversification de l'économie gabonaise entamée dans le secteur de l'ecotourisme, avec la création de 13 parcs nationaux.

Bongo en proposant la restauration de la dignité
vise juste , car la dignité de beaucoup de citoyens gabonais est bafouée. La pauvreté précaire, les logements dans les taudis, les routes crevassées, difficultés pour les citoyens de se rendent dans leurs lieux de travail ou dans le Gabon profond, les braquages, les contrôles intempestifs, la cherté de la vie, les insuffisances de soins de santé, la décimation des population par des maladies tels que le SIDA montrent à suffisance que cette dignité est bafoué.

Mais comment parler de restauration de la citoyenneté quand les valeurs républicaines sont bafouées, quand les gabonais sont pris en otage dans leurs propre pays? Quand le prix de la banane est fixé par l’étranger qui vend à la gare routière, à Kembo ou à Mont Bouet. Mais comment parler de restauration de la citoyenneté quand on sait que certains dirigeants malfaiteurs dorment dans des draps cousus en or tandis que certains citoyens se retrouvent dans le chômage due à l’ incompétence et à la mauvaise gestion de ceux-ci. Selon Tocqueville la lutte contre la pauvreté est d'encourager les gens à travailler, créer les conditions nécessaire pour créer la richesse.

Comment peut on rendre la promotion du bien être possible, donner à chacun équitablement si on ne crée pas les conditions de la croissance , de la production?

En outre Bongo en proposant le projet de reconstruction de l'économie nationale , une fois de plus il voit juste
car reconstruire sous-entend reconstruire ce qui est dans les ruines, la question est alors de savoir qui est le responsable de la faillite de l'économie gabonaise?
l’économie gabonaise ressemble à une économie d'une république bananière. On exporte des produits bruts sans les transformer. Ce n’est pas en extrayons tous nos ressources naturelles, sans les transformer sur place que nous allons créer des emplois, ou en construisant des éléphants blancs tel qu'un nouvel aéroport que Bongo fera décoller notre économie. Son projet résout un peu rapidement les pires contradictions du monde moderne.

Comment parler de diversification de l'économie quand notre pays dépend énormément de notre manne pétrolière?
Quand le Gabon n'a pas une politique d'industrialisation orientée. Quand les allumettes que nous utilisons sont fabriqués au Cameroun?La faute ce ne sont pas les camerounais, mais nous les gabonais qui n'arrivons pas à produire des biens de qualité.
la '' chose politique comme un venin a intoxiqué tous les milieux et courants de la société, du chef de famille à la ménagère, du maitre d’école au professeur de l’université''. Personne ne veut plus travailler la terre, tout le monde veut être député ou ministre.
Il est illusoire de croire que le culte du politique, de l'aide publique et emprunts internationaux représentent une alternative crédible au développement de notre économie. q

L'Ecotourisme,
il faut d'abord faire en sorte que le prix de la destination du Gabon soit raisonnable, l'accueil à l'entrée de nos frontières respectueux, créer les infrastructures touristiques, circuits touristes comment peut on faire de l'écoutourisme en exploitant excessivement les ressources forestiers en juger par le nombre des permis forestiers.
le renforcement de l’Etat de droit par la modernisation de nos institutions et le moralisation de l’Etat et de la société. cela est utopiste en gardant des structures dont les dispositions relatives à la gestion sont « incongrues » dans un pays d' a peine un millions d'habitants. Oui a la modernisation et moralisations en ayant une justice plus indépendante et en leur donnant plus de moyens.

RESUME
Le projet politique de Monsieur Bongo donne les objectifs à atteindre, sans pourtant parler de méthodes et stratégies, sans pourtant avancer des chiffres , comme par exemple le nombre d'emploi qu'il entend créer durant son septennat. Il est silencieux sur les questions importantes comme l’immigration, la sécurité sociale, la reforme de l’éducation, l'énergie renouvelable, la dette, la fiscalité, la réduction du train de vie de l'Etat. Or, ce sont des questions les plus difficiles ! Alors, concrètement, on fait comment pour en finir avec la pauvreté au Gabon?

Je préfèrerais donc qu'on aménage des possibilités de "programmation" à long terme de la production globale par le biais d'un infléchissement vers le développement économique. Une fois de plus, Bongo fait dans le floue et les mesures inacceptables. Pour lui les problèmes sont des sujets séparés et réagis instinctivement avec le Ici et maintenant. Il semble que la majorité des conseillers du président Bongo préfèrent le confort des raccourcis et idéologies abstraites , tout en feignant ne pas s’apercevoir qu’ils foncent droit dans le mur du contre-sens.

AddThis Social Bookmark Button

1 comments

Post a Comment