Une vie de boy de Ferdinand Oyono  



Toundi tient son journal intime depuis que le père Gilbert lui a appris à lire et à écrire. Toundi vit au Cameroun sous le régime colonial. Enfant victime de la cruauté de son père, il s'enfuit de son village et se réfugie chez les missionnaires qui lui donne des bonbons. Il grandira chez eux, jusqu'à la mort du père Gilbert son protecteur. Il trouve alors un emploi de boy chez le colonel, chef des blancs. Mais la vie ne va pas être rose pour Toundi, et il va être victime de l'injustice.

le récit sous forme de journal est captivant. Dès le début on sait que Toundi va mourir, mais comment va-t-il en arriver-là on ne le sait pas. Le fait de savoir la fin dédramatise le récit de la vie de Toundi, on accueille les faits comme Toundi avec clame et résignation, même si une telle injustice est révoltante.
Ce qui est intéressant dans ce livre et qui m'a plu, ce sont les rapports entre blancs et noirs et les différences culturelles qu'il y a entre eux, et aussi surtout l'interprétation que Toundi fait des actes incompréhensibles des blancs. Ces incompréhensions entre blancs et noirs et les situations qui en résultent, suscitent l'étonnement du lecteur. On a aussi une vision un peu différente, ou plus précise selon les connaissances qu'on avait, de la vie dans les colonies.

AddThis Social Bookmark Button

2 comments

Post a Comment